Six musées français rejoignent le groupe d’Art Project

Le Président Français, Nicolas Sarkozy, déclarait ne pas apprécier la place de la culture française sur le web. La critique était spécialement adressée à Google qui d’après le Président portait préjudice au patrimoine français. Ce dernier serait exploité et pillé tout en servant de réservoir de millions de clients. Il reprochait aussi à Google ce libre accès pour ne même pas avoir à payer d’impôts. Simple coïncidence ou en réponse, Google a présenté mardi à Paris une nouvelle version d’Art Projectsix musées français font officiellement partie intégrante.

 

Art Project, ses œuvres et ses opportunités

 Art Project a été lancé il y a un an avec 1000 œuvres. Le projet consistait à édifier une plate-forme internet pour présenter des œuvres d’art en mode numérique et à très haute résolution. Depuis mardi, Google a relancé le projet en ligne avec 31000 œuvres présentés. Les musées impliqués peuvent atteindre de nouveaux publics, intensifier les activités au sein de leurs sites ainsi que d’augmenter leur visibilité. En outre, un siège de Google a été inauguré récemment à Paris. La nouvelle version d’Art Projet y a été présentée.

 

Les musées français impliqués

Parmi les six musées qui participent au projet, le Château de Versailles était depuis le début un partenaire d’Art Project. Les œuvres présentés en ligne ont été sélectionnés par les musées partenaires. Les visites virtuelles sont possibles avec Street View, une conception technologique de Google. Le musée d’Orsay y expose 255 œuvres numérisés et le quai Branly 25. Le nombre des œuvres numérisées y varie pour chaque institution. Le musée de l’Orangerie, le château de Fontainebleau et le château de Chantilly y sont les autres représentants du patrimoine français.

Et à Google d’exprimer, qu’Art Project est un projet pouvant aider la culture locale à travers internet.